Un ancien employé d’un concessionnaire Nissan accusé d’avoir volé 1,3 million de dollars

Pine Belt Nissan a peut-être été escroqué de plus d’un million de dollars par l’un de ses anciens employés. Martin D’Amato a été arrêté le 19 septembre et est accusé de blanchiment d’argent et de vol, selon le bureau du procureur du comté d’Ocean, dans le New Jersey.

Le bureau, selon NJ.com, a pris connaissance des méfaits pour la première fois après avoir été contacté par le concessionnaire, situé à Toms River, dans le New Jersey, concernant un système de facturation fictif que les procureurs accusent maintenant D’Amato d’avoir été à l’origine.

La société a indiqué que l’employé était responsable de la publicité numérique pour le concessionnaire. À ce poste, il était autorisé à embaucher des sociétés de publicité et de marketing indépendantes pour aider aux campagnes promotionnelles.

Lire aussi : Un vendeur de voitures aurait fraudé un concessionnaire, s’est fait virer, puis a escroqué plus de 30 clients

La brigade des crimes économiques du bureau du procureur du comté d’Ocean allègue que D’Amato a utilisé son poste chez le concessionnaire pour se remplir les poches. En créant un certain nombre de sociétés à responsabilité limitée qui étaient sous son contrôle, les procureurs affirment qu’il a facturé à Pine Belt Nissan des services qui n’ont jamais été rendus tout en donnant l’apparence de conserver des services de publicité et de marketing légitimes.

Au total, D’Amato est accusé d’avoir détourné 1,3 million de dollars du concessionnaire par l’intermédiaire de ces sociétés écrans et d’avoir utilisé un service de traitement des paiements en ligne pour dissimuler son association avec les sociétés à responsabilité limitée. Il aurait ensuite transféré les fonds sur ses propres comptes et les aurait utilisés à son profit personnel.

L’enquête a été ouverte après qu’un examen interne chez Pine Belt Nissan a révélé que la carte de crédit de l’entreprise avait dépassé les montants budgétaires. Après avoir été arrêté le 19 septembre 2022, des détectives du bureau du procureur du comté d’Ocean ont emmené D’Amato à la prison du comté d’Ocean pour attendre une audience de détention.