Salon de l’auto de Détroit 2022 : succès, échecs et méga galerie

Le Salon international de l’auto de l’Amérique du Nord est revenu pour la première fois depuis 2019 et l’événement de cette année était très différent du passé.

En plus de se déplacer de janvier à septembre, le spectacle s’est étendu au-delà des portes de Huntington Place et s’est étendu à Hart Plaza, à proximité. Bien que certains des changements aient été les bienvenus, le spectacle ne s’est pas déroulé sans accroc.

Coup: Ford Mustang 2024

Sans aucun doute, la vedette du spectacle était la Ford Mustang 2024, qui a fêté ses débuts au cœur de la Motor City. D’innombrables fans et propriétaires se sont rendus à Hart Plaza pour participer au dévoilement, et ils n’ont pas été déçus lorsque le constructeur automobile a dévoilé la pony car de septième génération ainsi qu’une variante Dark Horse d’environ 500 ch (373 kW / 507 PS).

Miss: Un certain nombre de constructeurs automobiles grand public étaient absents

Alors que les salons automobiles ont perdu de leur importance pour les médias, ils sont toujours pertinents pour les consommateurs car ils leur permettent de vérifier et de comparer facilement un assortiment de véhicules différents. Cependant, c’était pratiquement impossible à Detroit car un certain nombre de constructeurs automobiles grand public ont sauté le spectacle.

De grands noms tels que Honda, Hyundai, Kia, Nissan et Volkswagen étaient absents, tout comme les constructeurs automobiles haut de gamme tels qu’Audi, Porsche et Jaguar Land Rover. Cela étant dit, Toyota avait une énorme exposition tandis que Subaru avait également une solide performance. BMW et Mercedes étaient également représentés, mais à peine.

Hit : un canard gonflable géant

Alors que les voitures sont censées être les vedettes, elles ont été éclipsées par un canard gonflable. Mesurant six étages de haut, le canard était le sujet de conversation du spectacle et les gens affluaient pour se faire prendre en photo avec.

Miss : Visite du président Biden

Ligne de sécurité l’après-midi

Les organisateurs ont intelligemment limité le spectacle à une journée médiatique principale, mais il s’est rapidement transformé en catastrophe grâce à la visite du président Biden. Les troubles ont commencé bien avant son arrivée car le People Mover a été empêché de s’arrêter à Huntington Place, ce qui a créé un début de journée ennuyeux.

Les choses se sont rapidement détériorées à partir de là, car la sécurité à Huntington Place était stricte et les participants ont été soumis à de longues files d’attente et à des fouilles manuelles des sacs. Plus tard, le spectacle s’est effectivement arrêté car les gens ont été empêchés d’entrer au rez-de-chaussée pendant environ deux heures et demie. J’étais malheureusement coincé dehors avec d’innombrables autres personnes, ce qui a effectivement gâché une grande partie de notre après-midi. Certains exposants étaient également moins que ravis car le verrouillage a limité leur accès aux médias.

Coup: Ride And Drives

Comme nous l’avons mentionné ci-dessus, un certain nombre de constructeurs automobiles ne se sont pas présentés. Heureusement, le manque de participation n’était pas aussi apparent qu’il l’a été les années précédentes, car il y avait de nombreux événements de conduite et de conduite à Huntington Place. Cela a permis au salon de se sentir « plus complet », tout en permettant aux participants de découvrir des produits tels que le Ford Bronco et le F-150 Lightning ainsi que les véhicules Jeep et Ram.

Mademoiselle : les choses s’annoncent sombres pour Fiat

Coincé entre les Jeep Wagoneers et les camionnettes Ram, il y avait une seule et triste Fiat 500X. Il a été éclipsé par les autres membres de la gamme Stellantis et a rappelé que la société a réussi à survivre aussi longtemps.

Inutile de dire que Fiat ne tient qu’à un fil en Amérique, car sa gamme a été réduite à un seul modèle après la mort des 500, 500C, 500L et 124 Spider. Pour aggraver les choses, le 500X est à peine un point sur le radar, car la société n’a déplacé que 1 181 unités aux États-Unis l’année dernière. 2022 s’annonce encore pire puisque la marque n’a vendu que 578 unités au cours des six premiers mois de l’année.

Hit : camions et véhicules électriques

Alors que les nouveaux débuts étaient rares, les camions et les véhicules électriques étaient à l’avant-plan. Cela était en grande partie dû à General Motors, qui présentait les Chevrolet Silverado EV, Equinox EV et Blazer EV ainsi que le GMC Hummer EV sous forme de camionnette et de SUV.

La présence de GM ne s’est pas arrêtée là puisque l’entreprise a également présenté les Chevrolet Colorado et GMC Canyon redessinés ainsi que le concept Buick Wildcat. Ils ont été rejoints par des versions robustes du Silverado et du Sierra ainsi que par l’impressionnante Corvette Z06.

Outre GM, Stellantis a présenté le concept Dodge Charger Daytona SRT et a fait ses adieux à la Chrysler 300 avec une édition spéciale de 485 ch (362 kW / 492 ch).

Assister au spectacle

Pour ceux qui souhaitent y assister, les portes s’ouvrent au public le 17 septembre et les billets varient de 10 € pour les enfants à 20 € pour les adultes. Cependant, il existe un laissez-passer familial qui coûte 50 € et donne accès à deux adultes et trois enfants.







































































































































































































































Crédits photo : Michael Gauthier pour CarScoops