Premier essai du Range Rover Sport 2023 : l’ostentation à la veille de l’électrification | Autoblog

MADRID, Espagne — Le Range Rover Sport 2023 marque plusieurs premières pour la première sous-marque de luxe de Land Rover. C’est la première fois que la version plus sportive du SUV de luxe emblématique de Land Rover est proposée avec plusieurs groupes motopropulseurs hybrides et deviendra la première à être proposée en tant que batterie électrique pure. Cette génération apporte également un passage du V8 suralimenté de 5,0 litres éprouvé (mais simultanément vieilli) de Land Rover à un V8 biturbo provenant de BMW. Peu de voitures valent la peine de traverser un océan juste pour faire un essai routier, mais le nouveau Range Rover Sport est un cas convaincant.

Alors, qu’est-ce qui met le « Sport » dans le Range Rover Sport ? Quelques petites choses, certaines plus sportives que d’autres. La plate-forme est partagée, mais ce sont des modèles distincts pour des raisons autres que marketing. Le Sport n’est disponible qu’en configuration à deux rangées alors que La Range Rover propose des variantes à empattement régulier à deux rangées et à empattement long à trois rangées. Le design du Sport porte bien son nom avec une calandre et des phares plus étroits, une garniture de feux arrière pleine largeur et une ligne de toit arrière plus pincée qui est tout à fait moins majestueuse et plus profilée (photo ci-dessous à gauche avec La Range Rover en bas à droite). Il est également livré avec un moteur de base moins puissant (nous en reparlerons plus tard). Plus important encore, c’est moins cher – d’environ 20 000 €. Il n’y a pas de différences mécaniques majeures pour expliquer cela, ni une liste d’équipement radicalement différente, mais des éléments plus difficiles à quantifier et soucieux du détail jouent probablement un rôle. Le Sport n’a pas « les feux arrière à DEL les plus puissants jamais fabriqués », par exemple.

Land Rover Range Rover SV 2022

Les dimensions ne sont pas sensiblement différentes, ce qui signifie que le Sport est à peu près le plus gros véhicule que vous pouvez confortablement tisser dans le labyrinthe de haies urbaines qu’est Madrid. Dans cette partie du monde, la voiture de tourisme la plus importante que vous verrez généralement sur la route ressemble à une Toyota RAV4. J’ai vu plus de camionnettes errer sur l’aérodrome lorsque mon 767 a atterri à Barajas International que je n’en apercevrais pendant toute la durée du voyage. Les deux-roues surélevés – un Nissan Patrol et un vieux Land Cruiser – étaient les seuls VUS vraiment «gros» sur la route. Le prochain finaliste ? Une Porsche Cayenne Coupé solitaire.

À plus de 80 pouces de large, le Rover embrasse la peinture de chaque côté de ces ruelles étroites du quartier des affaires. Pour une fois, mon éducation dans une vieille ville (selon les normes américaines) de la côte Est porte ses fruits, et la myriade de moustaches électroniques du Range Rover était étonnamment tolérante à mon confort de mettre des morceaux de la voiture à seulement un pouce ou deux d’une pierre vieille de 400 ans. . Nary un trottoir a été embrassé.

Se faufiler dans ces ruelles étroites avec des boulevards dans un VUS épais avec un prix encore plus élevé (sur des roues de 23 pouces, rien de moins) pourrait être éprouvant pour les nerfs. Malgré sa taille relative, il était facile de sentir les coins du Range Rover. Il conduit un peu plus petit que sa taille ne le suggère – une caractéristique encore augmentée par sa direction des roues arrière. Les piétons possèdent ces passages pavés, levant rarement les yeux de leur téléphone ou loin de leurs compagnons avant de descendre du trottoir. Certes, nous faisons beaucoup mieux que la plupart pour attirer leur attention, donc si vous voulez faire une scène à Madrid, présentez-vous simplement dans un Range Rover.

La transition vers les terres agricoles et l’espace industriel se produit brusquement. Il n’y a pas de marche arrière vers la vaste étendue à laquelle nous sommes habitués en dehors des centres urbains américains, juste une coupe instantanée des blocs de style coco à plusieurs étages construits au sommet d’abris de stationnement à un étage jusqu’au vide virtuel. C’est sec – ce qui est inhabituel, nous disent les habitants et les visiteurs fréquents. Notre briefing de sécurité comprenait une note pour éviter de se garer sur ou à proximité de plaques d’herbe lorsque vous vous aventurez hors de l’itinéraire à la recherche de décors photo.

Alors que les routes s’ouvrent et que nous mettons les derniers radars derrière nous, le Range Rover dévore goulûment l’asphalte avec un grognement sourd. Nous sommes dans la première édition de la P530, avec son puissant V8 d’origine BMW et son châssis dynamique. Malgré son cœur allemand, c’est le plus américain des trois modèles que nous allons recevoir aux États-Unis. Le V8 biturbo de 4,4 litres développe 523 chevaux et 553 livres-pied de couple; Land Rover affirme qu’il amènera le Sport à 60 en 4,3 secondes. Ici, cela se traduit par « juste à temps pour ralentir pour le virage suivant ». Ces routes ne sont pas mauvaises ; ils seraient simplement mieux dans une voiture de la moitié de cette taille.

Le V8 sonne et se sent juste un peu grossier, susceptible d’invoquer le caractère de l’unité suralimentée de 5,0 litres maintenant disparue du Range Rover. Mais comme il sied à son ingénierie moderne, le gros huit biturbo a une bande de puissance robuste et flexible, ce qui signifie que sous ce comportement brutal, il semble très logique. La suspension pneumatique fait un travail raisonnable aux deux extrêmes. Raffermissez-le et le nez se repliera docilement dans un coin, au moins jusqu’à un certain point. Il s’agit d’un SUV de 5 500 livres, mais si la partie « Sport » compte plus pour vous que la partie « Range Rover », c’est celle que vous voulez.

Les voies en Espagne peuvent causer une douleur SUV plus large, mais l’asphalte lui-même est parfaitement lisse. Cela a épargné aux roues de 23 pouces de se tromper de pied et a permis à la suspension pneumatique du Range Rover Sport de briller positivement. Bien sûr, cela a peut-être été un mode facile pour le gros SUV, mais je suis toujours enclin à lui donner d’excellentes notes pour la qualité de conduite. Je suis le genre de geek qui se contente d’un ensemble de 18 pouces tant qu’ils portent le bon composé, mais pour les grosses roues lourdes enveloppées dans ce qui équivaut à quelques couches de saran wrap, ce n’est pas la moitié -mal.

Notre passage du matin s’est terminé dans un ranch de bétail près de Vegas de Matute dans la province de Ségovie. Ceci étant un événement 4×4 organisé par Land Rover, cela ne ferait pas que nous nous contentions de garer nos SUV et de nous asseoir pour déjeuner. Au lieu de cela, notre approche nous a conduits à travers une course de moulin abandonnée à peine assez large pour accueillir les miroirs. Ce cours était destiné à montrer la maniabilité hors route du Sport et l’a fait admirablement. En mode de levage maximal, la suspension pneumatique permet une garde au sol de 11,1 pouces; l’amélioration de l’angle de basculement qui en a résulté était la véritable vedette ici, gardant le ventre du Rover bien à l’écart des morceaux rugueux qui bordent les bords du fossé maintenant sec. Terrain Response simplifie le choix des modes 4×4 ; choisissez simplement les conditions auxquelles vous faites face (boue et ornières, dans notre cas) et partez. Et c’est parti.

Bien sûr, cette chose peut rouler; mais même avec sa multitude de caméras, les guides à portée de main pour nous diriger à travers les parties les plus délicates étaient la seule véritable garantie que nous n’avons pas gâché la jolie finition rouge du Sport. Et malgré ses performances dans ce scénario hautement contrôlé, cette combinaison de roues de 23 pouces et de pneus élastiques serait la première à disparaître si quelque chose comme cela pouvait être une rencontre régulière. Deux membres de notre groupe se sont retrouvés avec des crevaisons en traversant un tronçon de route de gravier relativement doux.

Avec le V8 derrière nous, il était temps de goûter au reste de la gamme de groupes motopropulseurs du Range Rover. C’est là que les choses deviennent un peu bizarres, car le nouveau Sport se décline en plusieurs variantes que les États-Unis n’obtiendront pas. À partir du P530 à moteur V8, la gamme américaine se composera du plug-in P440e Autobiography, suivi du P400 SE Dynamic et du P360 SE hybride doux. Ces numéros de modèle sont plus intuitifs qu’ils n’y paraissent à première vue. Ignorez le « P », c’est juste pour la décoration. Les chiffres indiquent à peu près la puissance de sortie (il y a quelques problèmes de conversion d’unité ici, mais faites confiance au système) et s’il y a un « e » après, cela signifie qu’il s’agit d’un PHEV. Assez simple, non?

Passons maintenant au P440e. Il produit 434 chevaux et 457 livres-pied de couple avec un six cylindres en ligne turbocompressé couplé à un moteur électrique de 105 kilowatts. Avec sa batterie de 31,8 kilowattheures, Land Rover estime que le plug-in Sport pourra parcourir 48 miles uniquement à l’électricité. Les chiffres finaux de l’EPA sont toujours en attente, mais s’ils se rapprochent de cela, c’est un nombre énorme pour tout hybride rechargeable. Il atteindra également 60 mph en 5,5 secondes. Il s’agit de la version désaccordée du P510e de 503 horosepower qui sera vendue ailleurs. L’avantage de puissance de cette version provient d’un programme de moteur plus agressif pour le turbo-six; le moteur et la batterie sont identiques.

Nous avons pu tester le P440e dans un Range Rover standard (pas un Sport, en d’autres termes), mais pour ressentir le groupe motopropulseur, il n’y a pratiquement aucune différence. Groupe motopropulseur pour groupe motopropulseur, les ingénieurs sur place nous ont dit que la différence entre le Range Rover standard et le Sport n’est que de 80 livres et considérant que les deux frappent à la barre des 6 000 livres, le poids d’un enfant est au mieux négligeable.

Vous avez bien lu. Alors que le V8 est très costaud à 5 500 livres, le PHEV s’enregistre à un peu moins de 5 900. Mais les PHEV ont la formule magique pour neutraliser le poids à vide au lancement : le couple. Il ne déchire pas comme le fait le V8, et il ne sonne pas non plus aussi agressif. En fait, le PHEV se sent parfaitement à l’aise dans le Range Rover standard, où le luxe est le nom du jeu. Il est silencieux et discret, au point qu’il peut être difficile de dire si le moteur à essence tourne ou non. Si vous ne regardez pas le tachymètre, vous risquez de manquer complètement la transition.

Land Rover Ranger Rover Sport 2023

Le PHEV propose trois modes : un simulateur de voiture électrique, un mode hybride standard et un mode économiseur de batterie destiné à maintenir l’autonomie électrique rechargeable au maximum en prévision d’un fonctionnement électrique pur. Ceci est particulièrement pratique ici en Europe, où de nombreux grands centres urbains facturent des frais pour les voitures à moteur ICE ou les excluent complètement. Si vous entrez une destination dans la partie restreinte d’une ville, le logiciel de navigation du Range Rover demandera automatiquement au système hybride de conserver suffisamment de jus pour couvrir ce dernier tronçon sans utiliser d’essence.

Vous pouvez également basculer entre ces modes par vous-même si vous êtes si enclin, comme nous l’étions. Le mode électrique pur n’éteindra pas complètement le moteur, mais tant que vous n’enfoncez pas trop votre pied droit ou que vous ne manquez pas de jus, il fera de son mieux pour imiter un VE standard. Le moteur à essence se mettait en marche sous une forte accélération, mais même alors, il restait merveilleusement silencieux. Étant donné que le P440e est notre PHEV haut de gamme, nous aurons celui-ci dans la version Autobiography de Range Rover, ce qui signifie qu’il comprendra toutes les cloches et tous les sifflets. Nous apprécions particulièrement la console centrale réfrigérée (eau froide dans la chaleur aride du centre de l’Espagne ? Oui, s’il vous plaît) et le système surround Meridian 3D est un délice absolu qui nous a laissé souhaiter que nous ayons des fichiers audio de meilleure qualité à lancer.

Le prochain échelon est le P400 SE Dynamic. Bien qu’il s’agisse du deuxième modèle le plus basique que nous verrons aux États-Unis, c’était le seul groupe motopropulseur hybride doux disponible pour échantillonner ; le P360 de base a laissé tomber celui-ci. Certes, les différences sont relativement mineures. Le P400 SE produit 395 ch et 406 lb-pi à partir de son six cylindres en ligne turbocompressé de 3,0 litres (contre 355 ch et 369 lb-pi dans le P360 SE). C’est aussi la variante la plus légère de la gamme, ne pesant qu’un cheveu de plus de 5 000 livres.

Le V8 burbly et le P440e rapide mais silencieux sont des actes difficiles à suivre, il n’est donc pas surprenant que le P400 se sente un peu piéton en comparaison. Même sans le couple d’un V8 ou d’un moteur électrique, il se débrouille très bien sur la route. Cela sonne bien aussi, car à l’exception du V8, le P400 avait le meilleur son des modèles que nous avons échantillonnés. Nous supposons que les ingénieurs de JLR ont dû lancer un peu plus de réduction NVH sur le PHEV pour arrondir ses bavures plus nettes. L’I-6, quant à lui, s’en tire relativement tranquillement.

Ce sera probablement la dernière génération de Range Rover à proposer une gamme de groupes motopropulseurs qui s’appuie autant sur la combustion interne. Une variante tout électrique se dirige vers le marché sur la base de cette plate-forme et devrait débarquer l’année prochaine. Si l’hybride rechargeable est une indication, le Range Rover est plus que prêt à démarrer avec un croiseur silencieux et luxueux. En attendant, ceux qui veulent attirer l’attention de toutes les manières possibles peuvent toujours profiter du puissant P530 V8. Beaucoup l’ont déjà fait ; l’attribution par la société des modèles 2023 First Edition est depuis longtemps évoquée.

Mais avec près de 50 miles d’autonomie tout électrique et une cabine suffisamment sereine pour que même un groupe motopropulseur tout électrique semble chez lui, le P440e est le point idéal de la gamme. La seule grève contre elle? Le P510e existe. Mais comme Land Rover n’a pas jugé bon de l’envoyer, nous devrons nous contenter de ce qu’on nous propose. C’est beaucoup.

Vidéo connexe