Non, un conducteur australien n’a pas échangé une Skyline R34 GT-R Spec II Nur contre une Nissan Leaf

Eagers Nissan à Brisbane, en Australie, a fait sensation le 15 septembre lorsqu’il a publié une photo d’un homme tenant un jeu de clés debout derrière une Nissan Leaf avec un arc dessus. La controverse ne portait pas sur la voiture ou l’homme, mais plutôt sur ce qu’il aurait échangé contre le véhicule électrique.

« Avec la hausse des prix du carburant, Barry ne pouvait plus justifier de garder sa R34 GT-R V Spec II », a écrit le concessionnaire dans le post. « Heureusement pour lui, nous avons pu faire un échange direct contre une toute nouvelle Nissan LEAF entièrement électrique. »

Naturellement, cela a soulevé de nombreux sourcils et, en 12 heures, le message a été partagé 11 000 fois et a reçu 8 100 commentaires, la plupart incrédules. Finalement, le message semble avoir été un bâillon de la part du concessionnaire.

Lire aussi : Nissan Skyline GT-R V-Spec II à très faible kilométrage Nur opte pour 485 000 €

C’est une bonne nouvelle pour le Barry en question, car même si une nouvelle Nissan Leaf n’est pas exactement bon marché, à partir de 53 515 € AUD (35 844 € US aux taux de change actuels), une Skyline R34 GT-R vaut beaucoup plus.

La voiture en question, que Tire Meets Road a identifiée comme une Skyline R34 GT-R Spec II Nur, est l’une des 718 exemplaires existantes, et les exemples à faible kilométrage peuvent coûter jusqu’à 485 000 USD, soit plus de 10 fois plus que la Leaf. .

 

Voir ce post sur Instagram

 

Une publication partagée par Eagers Nissan (@eagersnissan)

La voiture semble être chez le concessionnaire prêtée par Street FX Motorsport. Là « pour un temps limité seulement », selon une publication Instagram d’Eagers Nissan d’il y a quatre mois, la voiture est un élément régulier des flux de médias sociaux de la boutique de tuning, y compris une vidéo invitant les gens à vérifier la voiture chez le concessionnaire.

En effet, Street FX a répondu au message Facebook d’Eagers Nissan six heures après sa publication, affirmant que « cela a été le pire accord commercial de l’histoire du concessionnaire, peut-être jamais… Sérieusement Barry ».