Les constructeurs automobiles évitent les batailles de brevets technologiques avec un marché forfaitaire

STOCKHOLM / BERLIN – Plus d’une douzaine de constructeurs automobiles, dont Toyota et Nissan, ont signé une plate-forme de licences de brevets de 51 entreprises technologiques, dans le but de simplifier l’accès à la technologie sans fil et d’éviter des batailles juridiques coûteuses.

Les conflits découlent en partie de divergences de vues entre les constructeurs automobiles, les fournisseurs et les entreprises technologiques sur qui devrait assumer le coût des licences.

Grâce au marché indépendant des licences Avanci, les constructeurs automobiles ont accès aux brevets des technologies 2G, 3G et 4G de Nokia en Finlande, d’Ericcson en Suède et d’Acer à Taïwan pour tout, des systèmes de navigation aux capteurs pour la conduite automatisée.

Avanci facture des frais fixes de 20 € par voiture, augmentés ce mois-ci de 15 € auparavant, l’argent étant réparti entre les titulaires de brevets. Les nouvelles signatures – qui incluent également Renault, Stellantis et Honda – signifient que 80 à 85 % des voitures dotées de la technologie 2G ou supérieure sont autorisées via la plate-forme, a déclaré le vice-président d’Avanci, Mark Durrant, dans une interview.

Le modèle permet aux constructeurs automobiles d’éviter les batailles sur les redevances qui ont eu lieu entre les fabricants de smartphones comme Apple et Samsung et les entreprises de télécommunications, qui négocient en tête-à-tête pour les licences. « Le marché de l’automobile est tout simplement trop fragmenté pour que cela vaille la peine pour les titulaires de brevets de négocier avec chaque acteur individuel », a déclaré une source de l’industrie, qui a refusé d’être nommée en raison d’accords contractuels. « C’est une question d’efficacité.

Mercedes-Benz, puis Daimler, ont mis fin à un différend de plusieurs années sur l’utilisation de son brevet l’année dernière avec Nokia après avoir finalement été contraint de payer. Volkswagen a été poursuivi par Acer pour avoir utilisé sa technologie 4G sans la licence appropriée. Le constructeur automobile a signé en mars avec Avanci, qui couvre les brevets d’Acer, afin de régler.

Alors que les fournisseurs ont toujours payé pour des licences de brevets dans des domaines tels que la conception de moteurs, les entreprises technologiques préfèrent traiter directement avec les constructeurs automobiles plutôt que les brevets de télécommunications, selon une source de l’industrie automobile ayant une expérience des négociations de licences.

« Habituellement, les fournisseurs gèrent les brevets dans le processus de développement – ​​les télécommunications sont le seul domaine où ils ne le font pas », a déclaré la personne, qui a requis l’anonymat. Avanci travaille également avec des entreprises sur un nouveau contrat pour couvrir les brevets 5G, ce qui serait probablement plus cher que le portefeuille de brevets actuel.

Vidéo associée :