Janngo Capital, « investisseur égalitaire » panafricain, réalise la première clôture d’un fonds de 60 millions d’euros

Après des passages chez Jumia en tant qu’ancienne directrice générale de son bureau nigérian et PDG fondatrice de son bureau ivoirien, Fatoumata Bâ, une vétéran de l’espace technologique africain, a annoncé que sa société Janngo Capital levait un fonds de 60 millions d’euros (~ 63 millions de dollars) en 2019. Le cabinet, cherchant à « investir 50 % de ses revenus dans des entreprises fondées, cofondées ou bénéficiant à des femmes », a reçu 15 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement (BEI) en tant qu’investisseur principal et prévoyait de fermer le fonds l’année suivante.

Bien que les choses ne se soient pas déroulées comme prévu, la première clôture du fonds qui vient d’être annoncée est digne de mention : il a reçu 10,5 millions d’euros d’autres investisseurs phares, le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) et Boost Africa en décembre dernier. Par la suite, d’autres associés commanditaires tels que Proparco, Burda Principal Investments (BPI), Muller Medien et un ancien partenaire de KKR se sont joints à nous, abandonnant 34 millions d’euros d’engagements en capital.

La société, dans un communiqué, a déclaré que son « Janngo Capital Startup Fund prévoit d’investir dans des startups qui permettent aux Africains d’améliorer leur accès aux biens et services essentiels et aux petites et moyennes entreprises africaines d’améliorer leur accès au marché et au capital – et de créer des emplois durables ». à grande échelle, en mettant l’accent sur les femmes et les jeunes.

Selon les rapports, les femmes font de meilleurs entrepreneurs que les hommes – environ 58% de la population des travailleurs indépendants en Afrique sont des femmes et elles contribuent à environ 13% du PIB du continent). Cependant, ils font face à un déficit de financement important d’environ 42 milliards de dollars et l’année dernière, les fondateurs exclusivement féminins ont reçu Moins que 1% des près de 5 milliards de dollars levés par les startups africaines.

Janngo Capital est l’une des rares sociétés de capital-risque et de capital-investissement fondées, détenues et dirigées par des femmes qui voient une opportunité d’investissement claire dans la réduction du déficit de financement entre les sexes en Afrique en prenant des engagements à long terme pour soutenir les startups fondées et dirigées par des femmes. D’autres fonds avec des jeux identiques incluent FirstCheck Africa et Alitheia Capital; La BAD et la BEI sont des associés commanditaires de cette dernière.

Cependant, la société de capital-risque de quatre ans n’investit pas uniquement dans des équipes fondées et dirigées par des femmes. Même s’il prévoit d’investir jusqu’à 50 % de notre nouveau fonds dans des startups fondées, cofondées ou bénéficiant à des femmes, il poursuit une approche « égale entre les sexes », a déclaré Bâ, fondatrice et présidente exécutive de l’entreprise, à actu blog. le portefeuille actuel est fondé et dirigé à 56 % par des femmes. Selon elle, être une gestionnaire de fonds fondée par une femme, détenue et dirigée par une femme signifie que « l’égalité des sexes est à la fois une affaire morale et une analyse de rentabilisation, car le déficit de financement de 42 milliards de dollars pour les femmes entrepreneurs en Afrique génère un PIB de 300 milliards d’opportunités manquées. sage. »

La thèse du fonds est évidente dans certaines de ses startups soutenues. Jusqu’à présent, Janngo Capital a investi dans 11 startups à travers l’Afrique, dont Sabi, une plateforme de commerce électronique B2B en phase de croissance Sabi avec une femme PDG. D’autres startups, dont la fintech Expensya et le marché ivoirien de fret en ligne Jexport, ont des fondateurs masculins.

Bâ a expliqué que le fonds, qui vise une participation de 15 à 30 %, est conçu pour soutenir 25 entreprises au cours de sa durée de vie. « Plus tôt nous investissons, plus notre participation est susceptible d’être élevée, car nous prévoyons généralement de continuer », a-t-elle déclaré. Janngo Capital investit du financement providentiel au VC/PE en phase avancée. De l’idée au stade de pré-amorçage, il propose entre 50 000 € et 150 000 € ; pour les semences ou la pré-série A, la société fondée par des femmes coupe des chèques entre 150 000 € et 1,5 million d’euros. Pendant ce temps, les startups en phase de croissance à la recherche d’investissements de série A à série B peuvent recevoir 1,5 à 5 millions d’euros de la part de l’entreprise.

Comme la plupart des fonds de cette taille, Janngo Capital est indépendant du secteur. Mais il accorde un intérêt particulier à l’innovation en Afrique francophone et anglophone, dans des secteurs tels que la santé, la logistique, les services fintech, la vente au détail, l’alimentation et l’agriculture, et la mobilité. Les entreprises panafricaines de taille similaire qui ont atteint la première clôture de leurs différents fonds ces derniers mois incluent Launch Africa, Oui Capital, Ventures Platform, Microtraction et Google’s Africa Investment Fund.

Lorsqu’on lui a demandé quand Janngo espère atteindre la clôture finale, Bâ a souligné : « ce n’est pas une norme du marché d’annoncer des dates de clôture définitives, nous ne prévoyons donc pas de le rendre public ; cependant, il est réaliste de viser 2023. »