Hyundai pourrait obtenir des crédits d’impôt fédéraux pour les véhicules électriques grâce au nouveau projet de loi du sénateur géorgien | Blog Auto


Le sénateur américain Raphael Warnock de Géorgie a présenté un nouveau projet de loi qui pourrait accorder aux constructeurs automobiles comme Hyundai un sursis sur les crédits d’impôt fédéraux pour les véhicules électriques aux États-Unis.

La loi sur les véhicules électriques abordables pour l’Amérique vise à introduire une période d’application progressive des exigences d’approvisionnement et de fabrication des véhicules électriques, comme stipulé dans la loi sur la réduction de l’inflation.

Pour que les véhicules soient éligibles aux crédits d’impôt à l’avenir, les véhicules électriques doivent être fabriqués en Amérique du Nord, ainsi que leurs batteries, et les matériaux utilisés dans les batteries doivent provenir du pays ou de pays avec lesquels les États-Unis ont conclu un accord de libre-échange. La loi sur les véhicules électriques abordables pour l’Amérique retarderait ces dispositions, repoussant les exigences en matière de batteries jusqu’en 2025 et les exigences de fabrication jusqu’en 2026.

Le projet de loi serait particulièrement avantageux pour Hyundai, car son usine de véhicules électriques de 5 milliards de dollars dans le comté de Bryan, en Géorgie, devrait être opérationnelle en 2025.

Lisez aussi: La Corée du Sud devient le dernier pays à exprimer ses inquiétudes concernant le nouveau crédit d’impôt américain pour les véhicules électriques

« Je me concentre carrément sur le fait d’aider les acheteurs de voitures de Géorgie à économiser de l’argent et d’aider les constructeurs automobiles qui font des affaires dans notre État à prospérer », a déclaré le sénateur Raphael Warnock dans un communiqué. «La loi sur les véhicules électriques abordables pour l’Amérique réduira les coûts pour les Géorgiens et offrira aux consommateurs plus d’options lors de l’achat d’un véhicule électrique, tout en soutenant des emplois bien rémunérés dans notre État et en renforçant les constructeurs automobiles géorgiens comme Hyundai. Je vais faire tout mon possible pour que ce projet de loi franchisse la ligne d’arrivée.

La Corée du Sud a exprimé son opposition à la loi sur la réduction de l’inflation, ce qui signifierait qu’aucun véhicule électrique actuel de Hyundai ou de Kia ne serait éligible aux crédits d’impôt. En effet, des responsables du pays ont rencontré leurs homologues américains en septembre pour exprimer leurs préoccupations. Le président du groupe Hyundai Motor, Euison Chung, s’est également rendu à Washington pour discuter de la loi.

Il a été rapporté que des responsables sud-coréens avaient demandé à l’administration Biden de reporter les nouvelles règles jusqu’à l’achèvement de son usine en 2025.