GM touché par un verdict du jury de 103 millions de dollars dans le cadre d’un recours collectif contre les défauts de moteur | Autoblog

Un jury californien a ordonné à General Motors de payer 102,6 millions de dollars à une catégorie de consommateurs après avoir découvert qu’il cachait un défaut de moteur qui causait des problèmes, notamment des calages et des pannes prématurées dans des dizaines de milliers de VUS et de camions.

Le verdict a été rendu plus tôt cette semaine à la suite d’un rare procès en recours collectif devant le tribunal fédéral de San Francisco, ont annoncé les avocats des plaignants.

La classe gagnante comprend les propriétaires et les locataires de VUS et de camions vendus de 2011 à 2014 en Californie, en Caroline du Nord et en Idaho qui contenaient le moteur Generation IV Vortec 5300 LC9 de la société. Chacun des quelque 38 000 membres du groupe recevra 2 700 €.

Christopher Stombaugh de DiCello Levitt, avocat principal des plaignants, a déclaré dans un communiqué qu’il était « remercié pour le courage du jury, qui a fait ce qu’il fallait en tenant GM responsable de sa tromperie et de ses efforts timides pour résoudre ses problèmes. »

GM a déclaré dans un communiqué qu’il ne croyait pas que le verdict était étayé par les preuves et prévoyait de faire appel.

Le procès des plaignants en 2016 était centré sur un défaut présumé qui faisait que les moteurs consommaient trop d’huile et permettait à l’huile d’atteindre des parties du moteur auxquelles elle n’appartenait pas, causant des dommages. Ils ont déclaré que la société était au courant du problème en 2010, lorsqu’elle a recommandé à ses concessionnaires de nettoyer les pistons des véhicules pour résoudre le problème.

Quand cela ne fonctionnait pas, GM a apporté des modifications à la conception du moteur en 2011, mais n’a finalement pas réussi à résoudre le problème et a arrêté le moteur après l’année modèle 2014, ont déclaré les plaignants.

GM a fait face à des litiges l’accusant d’avoir dissimulé des problèmes avec ses véhicules au fil des ans, y compris des défauts mortels présumés dans les capteurs du volant et les interrupteurs d’allumage.

L’affaire est Siqueiros et al c. General Motors LLC, US District Court, Northern District of California, No. 3:16-cv-07244.

Vidéo associée :